Service de renseignement téléphonique

Chirurgie réfractive au laser : qu’est-ce que c’est et comment ça marche ?

Chirurgie réfractive laser Lyon

Depuis un certain temps, on entend beaucoup parler de défauts visuels guéris grâce à des techniques chirurgicales de pointe, souvent à l’aide de lasers. De nombreuses pathologies peuvent trouver un soulagement, voire une guérison définitive, grâce à cette modalité. De la myopie à la presbytie, de l’astigmatisme à l’hypermétropie. Chacun de ces défauts visuels peut bénéficier de l’utilisation des techniques ophtalmologiques les plus modernes, parmi lesquelles se distingue la chirurgie réfractive.

Les différents types de chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive fait appel à deux techniques bien établies : la chirurgie cornéenne et la chirurgie intraoculaire. La chirurgie cornéenne est réalisée selon trois techniques : la PRK, le Lasik et le Lasik au laser femtoseconde. L’objectif principal de ces techniques est de modifier la courbure de la cornée. Cela permet d’améliorer l’anomalie congénitale du patient, et de modifier la cornée pour qu’elle réponde aux besoins liés à l’anomalie elle-même. La chirurgie réfractive est également utilisée pour la chirurgie de la cataracte facorefractive normale qui nécessite l’implantation d’une lentille pour remplacer le cristallin. Cette chirurgie est utile dans tous les cas où le patient présente des défauts de réfraction. La lentille intraoculaire modifie la puissance de l’œil sans changer la courbure de la cornée.

La chirurgie intraoculaire, quant à elle, intervient en cas de pathologies très avancées, comme une myopie importante, qui ne peuvent être traitées au laser. Pour bénéficier de l’un de ces méthodes chirurgicales, vous pouvez contacter un cabinet de chirurgie réfractive au laser à Lyon. Situé à 14, rue Masséna, 69006 Lyon, Ophta Santé met à votre service une équipe compétente avec des techniques de pointe. Non seulement le spécialiste met en avant la chirurgie réfractive par laser, mais la chirurgie par implants (ICL et PRELEX) fait aussi partie des principales techniques de chirurgie réfractive qu’il pratique.

La technique Lasik

Le Lasik, peut-être la plus répandue des techniques cornéennes, agit en corrigeant le défaut à l’aide d’un laser excimer directement dans le stroma cornéen et non à partir de la surface de la cornée comme dans la technique PRK. Avant le traitement au laser, le LASIK crée une fine membrane de tissu cornéen appelée volet. Cette membrane, d’une épaisseur de 130 à 150 microns, est retirée directement de la cornée à l’aide d’un microkératome (instrument de haute précision doté d’une lame très tranchante). Le microkératome produit une coupe non complète (c’est-à-dire pas à 360°). Cela permet un repositionnement plus précis, et évite de créer des irrégularités.

Après avoir été incisé, le volet cornéen est soulevé pour permettre au laser excimer d’agir sur le lit stromal. À la fin de l’intervention, le volet est remis en place, et en quelques minutes, il est capable d’adhérer à la surface. Le LASIK est une opération qui ne dure que quelques minutes, et ne nécessite que l’utilisation d’un collyre anesthésiant. La convalescence postopératoire disparaît dès le premier jour après l’opération. Le patient n’a aucune précaution particulière à prendre, si ce n’est de ne pas trop stimuler l’œil traité. Le LASIK est aujourd’hui souvent remplacé par le SBK, qui implique l’utilisation d’un laser femtoseconde plus moderne.

Quels sont les avantages du laser femtoseconde ?

Le premier avantage fondamental réside dans le fait qu’il permet de découper des membranes tissulaires encore plus fines (90-100 microns), ce qui réduit considérablement la quantité de tissu cornéen concerné. Cela entraîne une diminution du risque d’ectasie cornéenne à long terme, et réduit également le risque de déplacement postopératoire, précisément parce qu’il s’agit d’une portion plus petite. Le SBK, comme le LASIK, ne nécessite que quelques minutes d’intervention chirurgicale et l’utilisation d’un collyre anesthésiant. La convalescence, même dans ce cas, ne dépasse pas vingt-quatre heures. Le LASIK et le SBK permettent de corriger les défauts de myopie, d’astigmatisme et d’hypermétropie.